Imaginez-vous.

Vous êtes dans un avion, vous partez en vacances avec des personnes qui vous sont chères. Parents, enfants, ami.e.s… A votre gauche, l’une des personnes qui compte le plus pour vous. Vous êtes assis.e, vous profitez de ce voyage qui se déroule bien.

Soudain, des turbulences et des cris. Un message sonore annonce : « Restez assis et mettez votre masque à oxygène qui se situe sous chacun des sièges !!! »

Il faut faire vite, mais… que faites-vous ?

Allez-vous vous empresser de prendre votre masque à oxygène ou allez-vous aider votre proche à votre gauche à attraper et mettre son masque ?

Que faites-vous ?

Nombreuses sont les personnes qui diraient « j’aide mon proche et je mets mon masque ensuite ! ». Le cœur parle et il nous semble évident de porter secours, surtout s’il s’agit d’un enfant qui risquerait de ne pas réussir à mettre son masque à oxygène.

Pourtant, c’est bien votre masque qu’il faut penser à mettre en premier.

Et contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, ce n’est pas faire preuve d’égoïsme, au contraire.

Pourquoi ?

Si vous veillez à mettre votre masque à oxygène en premier, vous serez d’autant plus efficace pour porter secours à autrui. Vous serez équipé.e pour mieux vous occuper des autres. En effet, si vous pensez d’abord à aider autrui à mettre son masque à oxygène, vous risquez de vous fatiguer et de ne pas réussir à : 1) Mettre le masque à oxygène à votre proche. 2) Mettre ensuite votre masque.

Résultat : Vous n’avez sauvé personne, ni votre proche ni vous-même.

Dans la vie, c’est exactement la même chose. A trop s’épuiser pour aider, soutenir et sauver les autres, vous épuisez vos propres réserves sans être certain.e de réussir à rebooster celles des autres. Vous êtes fatigué.e et vous n’avez donc plus assez d’énergie pour être efficace dans l’accompagnement que vous souhaitez proposer à votre entourage. Résultat : Tout le monde va mal et personne n’aide personne.

Alors que faire ?

Penser à soi. Non pas par manque d’empathie mais justement pour se rendre davantage disponible pour la suite. Accepter de recharger ses propres batteries avant d’aider autrui à recharger les siennes, c’est justement avoir conscience que l’on aide mieux quelqu’un quand on est soi-même en forme. Je suis d’ailleurs persuadée que vous avez déjà ressenti une sensation de ne pas réussir à aider quelqu’un, et de ne pas parvenir à être efficace pour les autres.

Réfléchissez… Dans quelle forme physique et mentale étiez-vous à cette période ? Fatigué.e, c’est certain !

Par la métaphore du masque à oxygène, il faut donc garder à l’esprit que l’on aide toujours bien mieux les autres lorsque l’on s’est soi-même déjà aidé au préalable.

N’attendez pas d’être trop épuisé.e physiquement et moralement pour prendre soin de vous. Peut-être que quelqu’un aura besoin de votre aide avant que vous n’ayez pu vous-même vous requinquer. Et un mal qui s’installe est un mal qui met plus de temps à s’en aller…

Alors, qui souhaite prendre soin de soi MAINTENANT ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s